Un travail de délivrabilité précoce

Nous avons regardé « Les grands esprits », un film qui raconte l’histoire d’un professeur d’Henri IV qui s’imagine se déplacer dans un établissement de banlieue à titre expérimental.

Ayant à son actif plusieurs années d’expérience, ce professeur essaie d’aider un de ses compagnons en lui expliquant qu’elle doit se montrer très ferme avec ses élèves et ne jamais céder dès le début de rencontre.

Les chances pour un professeur de terminer en beauté l’année scolaire dépendent de ses premiers contacts avec les élèves. Si dès le début, le professeur se montre clément envers sa classe, les chances seront quasiment nulles.

Il enchaîne que la réussite des relations entre les humains dépend en grande partie du premier contact. Si vous rencontrez quelqu’un et que votre premier contact n’est pas assez chaleureux, ne pensez pas que cette relation durera très longtemps. Outre le contact, la durée d’une relation dépend également de la confiance.

Emailing : les premiers pas

Ces théories sont valables dans le domaine d’emaling. La confiance et le début de la relation détermineront la suite et la durée des coopérations. Ci-après 3 questions qui vont vous aider à préserver votre délivrabilité :

D’abord, quels sont les éléments que vos visiteurs disposent pour s’inscrire ?

Ensuite, avez-vous pensé à utiliser la technique du double opt-in ?

Enfin, est-il possible pour votre destinataire de choisir une fréquence ?

Premier cas : les éléments d’inscription

Les clauses d’inscription sont nécessaires dans une politique de délivrabilité. Ces modalités doivent aider les visiteurs à voir clair sur sa souscription. Les clauses doivent leur permettre de savoir la fréquence, le type de contenu, etc.

Il est également déconseillé de précocher des casses comme « vous autorisez nos partenaires à vous envoyer des emails ».

Deuxième cas : le double opt-in

Une liste nécessite toujours de nouveaux éléments, sinon elle devient caduque. Néanmoins, il est déconseillé d’accepter n’importe quel contact.

Le monde du web est implacable quelque fois : il y a par exemple des erreurs des internautes ou des concurrents malveillants.

Il faut reconnaître qu’en incluant des adresses douteuses, le taux de contamination de l’ensemble de votre liste est très grand. C’est à juste titre que le double opt-in est nécessaire. Celui-ci vous garantit que votre destinataire a déjà accès à la messagerie. Le double opt-in vous assure également que le destinataire a déjà fait une demande pour s’inscrire à votre liste.

Par mesure de sécurité, il est quand-même conseillé d’avoir 2 comptes de routage. Le premier compte est destiné à mettre des adresses non douteuses tandis que le second compte vous permet d’envoyer les nouvelles adresses afin de vérifier leur délivrabilité.

Cas numéro 3 : une fréquence

Si vous routez plus d’une fois par semaine, offrez à votre liste la possibilité de choisir sa fréquence. C’est elle-même qui va choisir les adresses qu’elles souhaitent, et ce, afin de vous éviter d’appuyer souvent sur le bouton spam.

Conclusions sur la délivrabilité

Bref, la délivrabilité est un paramètre incontournable dans une technique d’emailing. Vous devez faire tout pour mettre la chance entre vos mains.
Sachez construire une relation de confiance avec votre liste tout en la laissant choisir les adresses qu’elles souhaitent lorsque vous faites de nombreux routages dans une semaine.